La STEP de la ville SBA: Résultats et discussion - WikiMemoires

La STEP de la ville SBA: Résultats et discussion


La STEP de la ville SBA: Résultats et discussion
Chapitre 6 : Résultats et Discussion

1. Introduction

Le but de la STEP de la ville SBA est de traiter les eaux usées et préserver l’environnement en diminuant la charge des polluants, les résultats obtenus doivent répondre aux normes.
Les résultats de la période d’étude s’est étendue du mois de Janvier au mois de Mars 2015. Les résultats obtenus des eaux brutes à l’entrée, et les eaux épurées à la sortie du décanteur secondaire sont consignés dans les tableaux, clarifiés par des graphes et ensuite interprétés.
Le rejet des eaux usées est fixé par des normes qui sont établies par une loi, une directive ou un décret. Elles sont représentées par des chiffres qui fixent une limite supérieure à ne pas dépasser ou une limite inférieure à respecter.
Respectivement les normes internationales de l’Organisation Mondiale de la Santé et les normes algériennes de rejets des eaux usées selon le Journal Officiel de la République Algérienne Démocratique et Populaire, 2006)
Tableau n°12: Les normes de rejet (OMS, 2007) et (N.A, 2006)

Caractéristiques Normes OMS N.A.(Normes Algériennes)
pH 6,5-8,5 6,5-8,5
DBO5 <30 mg/l 35-40 mg/l
DCO <90 mg/l 125-130 mg/l
MES <20 mg/l 35-40 mg/l
NH +4 <0,5 mg/l 0 mg/l
-NO2 1 mg/l 1 mg/l
-NO3 <1 mg/l 0 mg/l
P2O5/ PO43- <2 mg/l 2 mg/l
Température °C <30°C 30°C
Couleur Incolore Incolore
Odeur Inodore Inodore

1.1. Analyse de PH de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°13 : resultat d’Analyse du PH de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 8,43 8,49 8,25 8,39
Eau épurée 8,49 8,59 8,44 8,50 6,5-8,5

 
Variation du pH de l'eau brute et l'eau épurée de la STEP de la ville de SBA
Figure n°9 : Variation du pH de l’eau brute et l’eau épurée de la STEP de la ville de SBA

1.2. Interprétation:

Le pH est une mesure de l’acidité de l’eau, plus le pH est bas, plus la solution est dite acide.
Le pH joue un rôle important dans l’épuration biologique aérobie car la biomasse a besoin d’un pH proche de la neutralité pour compléter son activité épuratrice. (Gaid, 1993)
Nos résultats montrent une différence entre l’eau brute et l’eau épurée. Le pH de l’eau brute varie entre 8,25 et 8,49 cependant nous remarquons une petite alcalinité de pH lorsqu’il devient épurée qui peut être expliquée par les processus de traitement ainsi la variation de pH de cette eau épurée est de 8,44 et 8,50.
En comparant nos résultats avec les normes algérienne et de l’OMS qui varient entre 6,5 et 8,5 nous retrouvons que le pH de l’eau épurée est dans les normes.

2.1. Analyse de la température de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°14 : Analyse de la température de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 14,11°C 13,38°C 16,57°C 14,68°C
Eau épurée 12,94°C 12,12°C 15,85°C 13,63°C 30°C

Variation de la Température de l'eau brute et l'eau épurée de la STEP de la ville de SBA
Figure n° 10 : Variation de la Température de l’eau brute et l’eau épurée de la STEP de la ville de SBA

2.2. Interprétation:

La température s’accompagne toujours d’une modification des propriétés de l’eau, la densité et la viscosité qui favorisent l’autoépuration et accroit la vitesse de sédimentation, ce qui peut présenter un intérêt dans les stations d’épuration.
Par exemple, la décantation est plus efficace à des températures élevées. (Rodier et al., 2005)
Nos résultats montrent qu’il y a une différence de température enregistrée entre l’eau brute et l’eau épurée. La température de l’eau brute varie entre 13,38°C et 16,57°C cependant nous remarquons un refroidissement de l’eau après épuration qui peut être expliquée par les processus de traitement ainsi la température de l’eau épurée varie entre 12,12°C et 15,85°C.
La température de l’eau épurée ne doit pas dépasser 30°C, ce qui favorise le développement des microorganismes.
En comparant les différentes températures enregistrées avec les normes, on observe qu’elles sont acceptables.

3.1. Analyse de la turbidité de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°15 : Analyse de la turbidité de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne
Eau brute 938,1 FTU 374,95 FTU 390,45 FTU 567,83 FTU
Eau épurée 11,26 FTU 12,94 FTU 14,67 FTU 12,95 FTU

Variation de la turbidité de l'eau brute et l'eau épurée de la STEP de la ville de SBA
Figure n°11 : Variation de la turbidité de l’eau brute et l’eau épurée de la STEP de la ville de SBA

3.2. Interprétation:

La turbidité est une caractéristique optique de l’eau, à savoir sa capacité à diffuser ou absorber la lumière incidente. La turbidité est donc l’un des facteurs de la couleur de l’eau. Elle est due à la présence des particules en suspension minérales ou organiques, vivantes ou détritiques.
Ainsi, plus une eau est chargée en particules sédimentaires, plus elle est turbide. Les conséquences de la turbidité concernent la pénétration de la lumière et des ultra-violets dans l’eau, et donc la photosynthèse et le développement des bactéries. Par ailleurs la couleur de l’eau affecte aussi sa température et donc sa teneur en Oxygène, son évaporation et sa salinité. (www.m.futura-sciences.com)
Nos résultats montrent qu’il y a une différence de turbidité enregistrée entre l’eau brute et l’eau épurée. La turbidité de l’eau brute varie entre 374,95 FTU et 938,1 FTU cependant nous remarquons un éclaircissement de l’eau après épuration qui peut être expliquée par les processus de traitement ainsi la turbidité de l’eau épurée varie entre 11,26 FTU et 14,67 FTU.

4.1. Analyse de la conductivité de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°16 : Analyse de la conductivité de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 1455µS/cm 1281 µS/cm 1140 µS/cm 1292 µS/cm
Eau épurée 1019 µS/cm 1003 µS/cm 1022 µS/cm 1014 µS/cm 1500 µS/cm

Variation de la conductivité de l'eau brute et l'eau épurée de la STEP de la ville de SBA
Figure n° 12 : Variation de la conductivité de l’eau brute et l’eau épurée de la STEP de la ville de SBA

4.2. Interprétation:

La conductivité électrique CE d’une eau est la conductance d’une colonne d’eau comprise entre deux électrodes métalliques de 1 cm² de surface séparés l’une de l’autre de 1 cm et permet d’évaluer la minéralisation globale et d’estimer la totalité des sels solubles dans l’eau. (Rodier, 1984)
Nos résultats montrent qu’il y a une différence dans la CE enregistrée entre l’eau brute et l’eau épurée. La CE de l’eau brute varie entre 1140 µS/cm et 1455 µS/cm, cependant on a remarqué une diminution dans la CE avec l’épuration de l’eau qui peut être expliqué par les processus de traitement ainsi la CE de l’eau épurée varie entre 1003 µS/cm et 1022 µS/cm.
Les résultats obtenus respectent la norme qui est fixé à 1500 µS/cm.

5.1. Analyse des Matières en suspension (MES) de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°17 : Analyse des Matières en suspension (MES) de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 877,53 mg/l 658 mg/l 765 mg/l 766,84 mg/l
Eau épurée 9,916 mg/l 11 mg/l 11 mg/l 31,916 mg/l <20mg/l(OMS)
35-40 mg/l(NA)

Variation des Matières en suspension (MES) de l'eau brute et l'eau épurée de la STEP de la ville de SBA
Figure n°13 : Variation des Matières en suspension (MES) de l’eau brute et l’eau épurée de la STEP de la ville de SBA

5.2. Interprétation:

Les particules fines en suspension dans une eau sont soit d’origine naturelle, en liaison avec les précipitations, soit produites par les rejets urbains et industriels. Leur effet néfaste est mécanique, par formation des sédiments et d’un écran empêchant la bonne pénétration de la lumière d’une part (réduction de la photosynthèse), ainsi que par colmatage des branchies des poissons d’autre part.
Leur effet est par ailleurs chimique par constitution d’une réserve de pollution potentielle dans les sédiments. (Webmaster. )
Nos résultats montrent qu’il y a une différence dans la valeur de la matière en suspension enregistrée entre l’eau brute et l’eau épurée. La MES de l’eau brute varie entre 658 mg/l et 877,53 mg/l cependant nous remarquons une diminution dans la MES avec l’épuration de l’eau qui peut être expliquée par les processus de traitement ainsi la valeur de la MES de l’eau épurée varie entre 9,916 mg/l et 11 mg/l.
En comparant nos résultats avec ceux de l’OMS nous remarquons que les valeurs enregistré pour l’eau brute étaient largement supérieur par rapport aux normes de rejets par contre celle enregistrée pour l’eau épurée répondent aux normes exigée par l’OMS qui est <20 mg/l mais inférieures à la norme algérienne.

6.1. Analyse de la Demande Biochimique en Oxygène (DBO5) de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°18 : Analyse de la Demande Biochimique en Oxygène (DBO5) de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 373,3 mg/l 486 mg/l 425 mg/l 428,1 mg/l
Eau épurée 23,7 mg/l 23 mg/l 23 mg/l 23,3 mg/l <30mg/l(OMS)
35-40mg/l(NA)

Variation de la Demande Biochimique en Oxygène (DBO5) de la STEP de la ville de SBA
Figure n°14 : Variation de la Demande Biochimique en Oxygène (DBO5) de la STEP de la ville de SBA

6.2. Interprétation:

La DBO5 est la quantité d’oxygène consommée par les bactéries, à 20°C à l’obscurité pendant 5 jours d’incubation d’un échantillon préalablement ensemencé, temps qui assure l’oxydation biologique d’une fraction de matière organique carbonée. (Berne et Cordonier, 1991)
Nos résultats montrent qu’il a une différence dans la valeur de la DBO5 enregistrée entre l’eau brute et l’eau épurée. La DBO5 de l’eau brute varie entre 373,3 mg/l et 425 mg/l cependant nous remarquons une diminution dans la DBO5 avec l’épuration ce qui peut être expliquée par les processus de traitement, ainsi les valeurs de la DBO5 de l’eau épurée varient entre 23 mg/l et 23,7mg/l.
En comparant nos résultats de la DBO5 avec ceux de l’OMS nous remarquons que les valeurs enregistrées de l’eau brute sont largement supérieures aux normes cependant celles enregistrées pour l’eau épurée répondent aux normes fixées par l’OMS qui est <30mg/l mais inférieures à la norme algérienne (35-40mg/l).

7.1. Analyse de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°19 : Analyse de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 614,31 mg/l 845 mg/l 678 mg/l 712,43 mg/l
Eau épurée 71,39mg/l 70 mg/l 64 mg/l 68,46 mg/l <90mg/l(OMS)
125-130mg/l(NA)

Variation de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) de la STEP de la ville de SBA
Figure n°15 : Variation de la Demande Chimique en Oxygène (DCO) de la STEP de la ville de SBA

7.2. Interprétation:

La demande chimique en oxygène (DCO), exprimée en mg d'(O2)/l, correspond à la quantité d’oxygène nécessaire pour la dégradation par voie chimique est dans les conditions définies de la matière organique ou inorganique contenue dans l’eau. (Grosclaude, 1999)
Nos résultats montrent qu’il y a une différence dans la demande chimique en oxygène (DCO) enregistrée entre l’eau brute et l’eau épurée. La DCO de l’eau brute a des valeurs qui varient entre 614,31 mg/l et 845 mg/l cependant on remarque une diminution dans la DCO avec l’épuration de l’eau qui peut être expliquée par les processus de traitement, ainsi les valeurs de la DCO varient entre 614,31 mg/l et 845 mg/l.
En comparant nos résultats de DCO avec l’OMS nous remarquons que les valeurs enregistrées pour l’eau brute sont supérieures par rapport aux normes par contre celle de l’eau répondent aux normes de l’OMS (<90mg/l) mais inférieures à la norme algérienne (125- 130mg/l).

8.1. Analyse des Nitrates (NO3-) et des Nitrites (NO2-) de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°20 : Analyse des Nitrates (NO3-) de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 0,078 mg/l 0,13 mg/l 0,32 mg/l 0,176 mg/l
Eau épurée 0,03 mg/l 0,03 mg/l 0,07 mg/l 0,043 mg/l <1mg/l(OMS)
0 mg/l(NA)

Variation des Nitrates (NO -) de la STEP de la ville de SBA
Figure n°16 : Variation des Nitrates (NO -) de la STEP de la ville de SBA
Tableau n°21 : Analyse des Nitrites (NO2-) de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 0,018 mg/l 0,04 mg/l 0,04 mg/l 0,032 mg/l
Eau épurée 0,01 mg/l 0,01 mg/l 0,01 mg/l 0,01 mg/l 1mg/l(OMS)
1mg/l(NA)

Variation des Nitrates (NO -) de la STEP de la ville de SBA
Figure n°17 : Variation des Nitrates (NO -) de la STEP de la ville de SBA

8.2. Interprétation:

La diminution de la valeur de nitrates et nitrites entre l’entrée et la sortie est due à une réduction séquentielle, des nitrates et des nitrites en azote gazeux assuré principalement par des bactéries spécifiquement réalisant donc le processus biologique appelé la dénitrification dans le bassin d’aération. (Z. Metbtouche, 2014)
Nos résultats montrent qu’il y a une différence dans les produits nitratés enregistrés entre l’eau brute et l’eau épurée.
Pour l’eau brute les concentrations varient entre 0,078 mg/l et 0,32 mg/l pour les nitrates et 0,018 mg/l et 0,04 mg/l pour les nitrites, cependant nous remarquons une différence dans les composés nitratés avec l’épuration de l’eau qui peut être expliqué par les processus de traitement ainsi la variation de ces composés de l’eau épurée est de 0,03 mg/l et 0,07 mg/l pour les nitrates et 0,01 pour les nitrites.
La présence de ces concentrations de composés nitratés accentue la pollution, même si elles sont faibles elle peuvent être à l’origine de la formation de nitrites et de nitrosamines, responsables de deux phénomènes potentiellement pathologiques : la méthémoglobinémie et un risque de cancer. (Oueld Cheikh, 2011).

9.1. Analyse du Phosphate (PO 3-) de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°22 : Analyse du Phosphate (PO43-) de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 2,92 mg/l 3,35 mg/l 3,83 mg/l 3,36 mg/l
Eau épurée 2,23 mg/l 2,78 mg/l 2,92 mg/l 2,64 mg/l 2 mg/l(OMS)
2 mg/l(NA)

Variation du Phosphate (PO43-) de la STEP de la ville de SBA
Figure n°18 : Variation du Phosphate (PO43-) de la STEP de la ville de SBA

9.2. Interprétation:

Les phosphates font partie des anions fixés par le sol, leur présence dans les eaux naturelles est liée à la nature des terrains traversés à la décomposition de la matière organique.
Dans les eaux usées, la part des rejets humain ne présente que 30 à 50% du phosphore total (entre 5 et 20 mg/l), le reste provenant des produits de nettoyages. Cela explique les teneurs élevées perçues dans les prélèvements sur l’eau usée. (Rodier, 1984)
Nos résultats montrent qu’il y a une différence dans la concentration en phosphate entre l’eau brute et l’eau épurée. Les concentrations en phosphate de l’eau brute varient entre 2,92 et 3,83 mg/l par ailleurs on observe une légère diminution de la concentration avec l’épuration de l’eau qui peut être expliquée par les processus de traitement, ainsi la variation des concentrations de phosphate de l’eau épurée sont entre 2,23 et 2,92 mg/l.
En comparant nos résultats avec le seuil fixé par l’OMS, nous remarquons que la concentration de phosphate pour l’eau épurée est on ne peut plus supérieures aux normes (2 mg/l). La concentration de l’eau épurée est variable c’est à dire elle est des fois dans les normes et des fois hors normes, dans notre cas elle est hors normes.

10.1. Analyse de l’Azote Ammoniacale (NH +) de l’eau brute à l’entrée, et de l’eau épurée à la sortie de la STEP de la ville de SBA

Tableau n°23 : Analyse de l’Azote Ammoniacale (NH +) de l’eau brute, et de l’eau épurée (moyenne par mois) de la STEP de la ville de SBA

Janvier Février Mars Moyenne Normes
Eau brute 6,391 mg/l 7,51 mg/l 7,15 mg/l 7,017 mg/l
Eau épurée 4,71 mg/l 4,93 mg/l 5,34 mg/l 4,99 mg/l <0,5mg/l(OMS) 0mg/l (NA)

Variation des Nitrates (NO -) de la STEP de la ville de SBA
Figure n°19 : Variation de l’Azote Ammoniacale (NH +) de la STEP de la ville de SBA

10.2. Interprétation:

L’azote ammoniacal rencontré dans les eaux usées, et dont la présence est anormale, traduit habituellement un processus de dégradation incomplet de la matière organique lorsque la teneur en oxygène est insuffisante pour assurer sa transformation. Cela explique l’élévation des teneurs en NH +, de l’eau usée avant le traitement. (Nisbet et Vernaux, 1970)
Nos résultats montrent qu’il y a une différence dans la concentration en azote ammoniacale (NH +) enregistrée entre l’eau brute et l’eau épurée. Les concentrations en NH + de l’eau brute varient entre 6,391 et 7,51 mg/l, cependant nous remarquons une diminution dans les concentrations en NH4+ avec l’épuration de l’eau qui peut être expliquée par les processus de traitement, ainsi la variation des concentrations en NH + de l’eau épurée est entre 4,71 et 5,34 mg/l.
En comparant nos valeurs de l’eau épurée par rapport aux normes (OMS et norme algérienne) nous remarquons que nos résultats sont supérieures.
La présence de ce composé dans l’eau épurée indique que cette dernière est polluée.

11. Taux d’épuration:

11.1. Démonstration des formules:

Le calcul du taux d’épuration se fait par la formule suivante:
RdMES : rendement des matières en suspension
RdDCO : rendement de la demande chimique en oxygène
RdDBO5 : rendement de la demande biochimique en oxygène (5 jours)
De fait pour calculer le taux d’épuration il faut calculer le chaque rendement d’épuration (MES, DCO, DBO5).
-Rendement MES:
RdMES= ×100
MESeb: MES eau brute
MESee: MES eau épurée
-Rendement DCO:
RdDCO=
DCOeb: DCO eau brute
DCOeb: DCO eau épurée
-Rendement DBO5:
RdDBO5=
DBO5eb: DBO5 eau brute
DBO5ee: DBO5eau épurée

11.2. Application numérique :

11.2.1. Rendement d’épuration:

Tableau n°24 : Rendements d’épuration par mois

Janvier Février Mars
MES 98,75 98,11 98,31
DCO 88,14 91,63 90,41
DBO5 93,32 95,12 94,53

Variation des Nitrates (NO -) de la STEP de la ville de SBA
Figure n°20 : Rendement d’épuration par mois

11.2.2. Interprétation:

On remarque que les résultats de rendement des MES, DCO, DBO5 pendant tout les trois mois sont supérieures à 90%, on dirait près du plafond 100% d’où nous pouvons conclure l’efficacité du traitement dans l’élimination des matières en suspensions et de la matière organique.

11.3.1. Calcul du taux d’épuration par mois:

Tableau n°25 : Taux d’épuration par mois

Janvier Février Mars
Taux d’épuration 93,40 94,95 94,41

Variation des Nitrates (NO -) de la STEP de la ville de SBA
Figure n° 21 : Taux d’épuration par mois

11.3.2. Interprétation:

Par lecture des valeurs du taux d’épuration des trois mois aux quels nous avons travaillé à savoir 93,40% pour le mois de Janvier, 94,95% pour le mois de Février, et 94,41% pour le mois de Mars nous remarquons l’efficacité des différents types traitement de la STEP par des valeurs élevées dépassant les 90%.

12. Conclusion:

La STEP de la ville de Sidi Bel Abbés joue un rôle très important dans la vie sanitaire car elle permet l’épuration des eaux usées de toute la ville, elle permet la production des eaux utilisés dans l’irrigation et des boues utilisables comme engrais dans l’agriculture.
De ce fait nous déplorons l’inexistence d’un laboratoire d’analyses microbiologiques ce qui empêche la connaissance exacte des microorganismes contenu dans les eaux à l’entrée et à la sortie de la STEP ainsi que des analyses complètes quotidiennes et des analyses des boues, nous suggérons aux responsables de l’ONA en général et à ceux de la STEP en particulier de pouvoir mettre en place un laboratoire d’analyses microbiologiques et de disposer du matériel nécessaire approprié pour les analyses complètes quotidiennes (car certaines analyses se font une fois par semaine) afin de mieux évaluer l’efficacité du traitement et d’avoir une connaissance approfondie sur la qualité des eaux.

Conclusion:

Pour rappel, l’objectif principal de ce mémoire était d’étudier ce qu’on appellerai l’efficacité du traitement de la station d’épuration des eaux usées domestiques de la ville de Sidi Bel Abbés. Il s’agit de l’évaluation de la qualité physico-chimique des effluents de la station d’épuration.
Les différents paramètres mesurés pour les eaux usées brutes indiquent évidemment une pollution importante. Ces eaux usées présentent une température moyenne et un pH légèrement basique.
Elle se caractérise par une conductivité excessive, une turbidité élevée, une DBO5 et une DCO élevée ainsi que des fortes teneurs en matières en suspension de même qu’un taux de Nitrates, Nitrites, Phosphore et Azote ammoniacale supérieures avant les différents traitements.
L’analyse de l’efficacité de réduction des paramètres physico-chimiques dans les eaux usées domestiques a permis de retenir que l’ensemble de ces paramètres rendent compte d’une pollution importante.
Après les différents traitements, la température et le pH ne varient pratiquement pas. Mais par contre on note une diminution de la conductivité électrique. Les paramètres relatifs à la pollution organique (turbidité, matières en suspension, et demande biochimique en oxygène) diminuent de façon flagrante entre les eaux usées brutes (où on enregistre des valeurs élevées) et les eaux usées épurées (où on enregistre des valeurs faibles).
Les teneurs en Nitrates, Nitrites, Phosphores et Azote ammoniacale diminuent également par contre les teneurs de Phosphores et d’Azote ammoniacale sont un peu plus supérieures aux normes de rejets surtout pour l’Azote ammoniacale.
L’épuration réalisée par la STEP au cours de cette étude est un travail qu’on qualifierait de qualité par la réduction de la charge polluante, une élimination performante des MES, de la DCO et de la DBO5.
Par ailleurs dans le futur nous suggérons aux responsables de la STEP en particulier et ceux de l’ONA en générale de pouvoir:

  • – Améliorer la fiabilité qui consisterait à la maîtrise des débits pour éviter le dysfonctionnement de la station.
  • – Pratiquer chaque type de traitement qui consisterait à prendre en compte la dernière étape du traitement, la désinfection des eaux usées par le Chlore (la chloration) vu son importance dans l’élimination des microorganismes pathogènes avant d’être rejeter pour une réutilisation sans risques et afin de mieux protéger le milieu récepteur.
Références bibliographiques

A.D.E SBA (2014) : Recueil des données sur la wilaya de sidi bel Abbès (Algérienne des eaux)
Aced I. (2014): Etude comparative de la qualité des eaux potables de la ville de Sidi Bel Abbès, Mémoire de Master, Université DjillaliLiabes,Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie, 7p
Asano T, (1998) : wastewater réclamation and reuse. water quality management library, 1475P
Anonyme (2008) : Le cycle de l’eau, l’assainissement des eaux usées et pluviales, Carene& Cap Atlantique pp 9-14-16-18
Anonyme (2015) : Elaboration du SAGE OUEST – Phase 1 « Etat des lieux » 102-103p
Abdelkader GAID A., Epuration Biologique Des Eaux Usées Urbaines « Tome1 et 2 ».O.P.U. Alger. 1984.
Baumont S, camard j-p, lefranc A, franconi A, (2005): Réutilisation des eaux usées épurées: Risques sanitaires et faisabilité en ile de France.institut d’aménagement et d’urbanisme de la région ile-de-France.
Baumont et camard J-P lefranc A, franconi A, (2005):Réutilisation des eaux usées épurées: Risques sanitaires et faisabilité en ile de France. Rapport ORS,220p
Berne. Cordonier, (1991): Traitement des eaux. Edition Technique, 306p
Cauchi,hyvrard,Nakache, Schwartzbord, Zagury,Baron,courtois, Denis, 1996 :Dossier de la reutilisation des eaux usées après épuration. Techniques, Sciences et Méthodes, 2 : 81- 118.
CHADLI A. (2008): Etude de la qualité des eaux usées traitées de la station d’épuration de la ville de Sid Bel Abbèsetleur utilisation en agriculture.Mémoire Magister. Université de Sidi Bel Abbès, Faculté des Sciences 3p
Chelle F, Dellale M, Dewatchter M, Mapakou F, (2005) :L’épuration des eaux : pourquoi et comment épurer office internationale de l’eau P15 Séminaire. France.2005.
CSHPF. (1995)., Recommandations sanitaires relatives à la désinfection des eaux usées urbaines, 22 p
DALOZ Alexandre, 2007, L’épuration des eaux usées par les filtres plantés de macrophytes 4
DJEDDI Hamsa,2007, Utilisation des eaux d’une station d’épuration pour l’irrigation des essences forestières urbaines
D.ZEROUALI. Traitement des eaux résiduaires. Centre inter- entreprises De formation industrielle. Séminaire. 2000.
Dégremont Memonto Technique De L’eau. Huitième édition. 1978. Dégremont Memonto Technique De L’eau. 1998 « Tome 1 et 2 » Degrémont G. Mémento Technique de l’Eau, version électronique 2001.
D.S.A( 2013) : Recueil des données sur la wilaya de Sidi Bel Abbès
D.P.A.T. (2013) : Recueil des données sur la wilaya de Sidi Bel Abbès (Direction de la programmation et de l’aménagement territorial)
D.M.I. (2013) : Recueil des données sur la wilaya de Sidi Bel Abbès
D.H.W. SBA. (2013) : données générales sur le secteur de l’eau, les sources d’alimentation en eau dans la ville de Sidi Bel Abbès document inédits
Dominique DUPONT, 2008, L’assainissement écologiquedes eaux usées domestiques, ENSAL, 6p
Djeddi H, 2007 : utilisation des eaux usées d’une station d’épuration pour l’irrigation des essences forestières urbaines. Mémoire magister.univ.constantine P26, P28.
Faby J.A 1997 :L’utilisation des eaux usées en irrigation. Office internationale de l’eau FAO, (2003) : food and Agriculture organization International de l’Eau, 76 pages.
Faiza MEKHALIF (2009) : Réutilisation des eaux résiduaires industrielles épurées comme eau d’appoint dans un circuit de refroidissement 12-24-25p
Gaid A.E,1993: traitement des eaux urbaines. Technique de l’ingénieur. Paris. 28p.
Grosclaude, (1999): « l’eau, usage et polluants», 209p
GUENFOUD A.(2009) : gestion des ressources hydriques de la plaine de Sid Bel Abbès pour développement durable. Mém. Magister, Univ Djillali Liabes SBA, p72
J.-C. Lavigne Delville. Dépolluer les eaux pluviales. Collection OTV. 1994.
Joseph WHETE (cours 2iE 2009). Gestion des déchets solides municipaux, Institut internationale d’ingénierie de l’eau et de l’environnement
Joseph WHETE (cours 2iE 2009). Traitement des eaux usées, Institut internationale d’ingénierie de l’eau et de l’environnement
Larbaigt, Derangere, Martigne, Seguret. (1996)., Dossier : la réutilisation des eaux usées après épuration. Techniques, Sciences et Méthodes, 2 : 81-118.
LE HYARIC R. (2009)-Caractérisation, traitabilité et valorisation des refus de dégrillage des stations d’épurations. Thèse Doctorat l’Institut National des Sciences appliquées de Lyon, pp 30-34.
Mahamane Laouali DJARIRI,Réduction des couts des ouvrages d’assainissement dans le cadre du projet assainissement productif à Aguie au Niger, p7
Mebtouche Lakhdar Sidi Ziane, 2014, Efficience de la station d’épuration de la ville de sidi bel abbés (step), Mémoire Université DjillaliLiabes. Faculté des sciences de la nature et de la vie 96p
Meliani H. (2010) : Contribution à l’analyse des aspects qualitatifs, quantitatifs et OMS, 2006, Guidelines for the safe use of waste water, excreta and greywater.
Volume 4: Excreta and greywater use in agriculture, 182 penvironnementaux de la ressource en eau distribués dans la ville de Sidi Bel Abbès (Algérie nord-occidental). Mém. Magister, UnivDjillaliLiabes, 32p
N.A. (2006) : Journal officiel de la République Algérienne Démocratique et Populaire Nisbet et Vernaux, (1970) : Composant chimiques des eaux courantes, Anale de limnologie, 6 fasc. 190p
OMS, 2006, Guidelines for the safe use of waste water, excreta and greywater. Volume 4: Excreta and greywater use in agriculture, 182 p.
O.N.M.(2014) : Données météorologiques (précipitations et températures) de la ville de Sidi Bel Abbès(Office Nationale de la Météorologie)
Rodier J, Bazin C, BourtinJ, Chambon P, Rodi L (2005) : L’analyse de l’eau : eaux naturelles, eaux résiduaires, eau de la mer.ed.Dunod, Paris 8ème édition, 1383p
Sophie Vandermeersch,2006,Etude comparative de l’efficacité des traitements d’épuration des eaux usées pour l’élimination des micro-organismes pathogènes 16 19 24
Soufiya (2009) : valorisation agricole et énergetique des boues issues de l’épuration des eaux usées de la ville de Marrakech. Mémoire de stage de fin d’études. Licence Science et technique en Eau et environnement. Université cadi ayad faculté des sciences et techniques Marrakech
WASTE. Des solutions adaptées pour l’assainissement : Exemple de technologies innovantes à faible coût pour la collecte, le transport, le traitement et la réutilisation des produits de l’assainissement, IRC/Peter McIntyre, 68 P
Xanthoulis.D,(1993) : valorisation agronomique des eaux usées des industries agroalimentaire

Biblionet

www.ac-grenoble.fr www.hc-sc.gc.ca
www.m.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/dico/d/matiere-turbidite-6317/ consulté le 06/05/15 à 16h50
http//www.actuenvironnement.com/ae/dictionnaire_environnement/définition/matiere_en_sus pension_mes.php4 consulté le 01/05/2015


Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!