L’infirmier et la gestion de l’anxiété du petit-enfant - WikiMemoires

L’infirmier et la gestion de l’anxiété du petit-enfant


6.2.2 Les compétences de l’infirmier expérimenté dans la prévention et la gestion de l’anxiété préopératoire du petit-enfant

Nous l’avons vu, les conditions psychologiques, dans lesquelles se trouve le petit-enfant, ont un impact sur la façon dont il perçoit la douleur postopératoire.
Pour limiter l’impact de l’anxiété préopératoire sur cette douleur, les résultats obtenus montrent que la compréhension de l’enfant concernant les raisons de son hospitalisation et le déroulement de celle-ci, sa participation, ainsi que la collaboration avec ses parents et l’accueil sécurisant, sont recherchés par les infirmières. Les éléments de cette préparation sont capitaux chez le petit- enfant, et lui permettent de « dédramatiser un peu l’opération », pour reprendre les propos de Léa.
Ces résultats sont en accord avec ceux de Wanquet-Thibault (2015) et de Pédiadol (2014). Ceux-ci affirment, de plus, que plus l’enfant est informé et préparé, en amont, moins celui-ci est inquiet le jour de l’intervention. Il s’agit d’un point, également, abordé par les soignantes.
En effet, elles jugent que le premier temps de cette préparation doit avoir lieu lors dès les consultations chirurgicales et anesthésiques, et suggèrent même, dans ce contexte, que cette préparation soit pluridisciplinaire. L’on peut rappeler le discours de Laurence, à ce sujet :
« L’appréhension des enfants dépend de comment ils ont été préparés. C’est pour ça, je pense que c’est là déjà que l’anesthésiste doit vachement lui expliquer, le briffer… ».
Par ailleurs, toujours dans l’objectif de prévenir et de gérer cette anxiété, il apparaît que les moyens à disposition de l’infirmier sont nombreux. Ceux-ci peuvent être médicamenteux, psychologiques, ou bien dépendent directement des parents ou de l’infirmier.
Les résultats montrent que les compétences de ce dernier, développées au cours de son expérience, sont déterminantes et facilitent, entre autre, la création d’une relation de confiance avec l’enfant. Cela confirme les propos de Formarier (2007), et de Wanquet-Thibault (2015).
Effectivement, le premier précise que les attitudes relationnelles s’acquièrent au cours de l’expérience, ou encore, grâce au suivi de formations continues, plus que par la transmission directe d’une infirmière experte à une collègue moins expérimentée, comme cela se fait pour une grande partie de l’apprentissage des infirmières.
De plus, le deuxième confirme que l’enfant comprend, par les actions ciblées que l’infirmier met en place, que ce dernier attache de l’importance à sa compréhension et qu’il l’assiste dans sa crainte. Cette démarche a ainsi un effet réducteur de l’anxiété.
Néanmoins, il apparaît que cette confiance n’est pas donnée et que celle-ci, pour se construire, s’appuie sur différents éléments de la communication.
Dans leurs échanges avec l’enfant, nous pouvons noter que les infirmières ont recours à la communication verbale, non-verbale et paraverbale. Dans leur communication verbale, celles- ci adoptent des propos rassurants, choisis et adaptés à l’enfant. Dans leur communication non- verbale, elles sont vigilantes à leur posture vis-à-vis de l’enfant, ou à l’assurance qu’elles renvoient à celui-ci et à ses parents.
Elles essaient de se rendre disponibles physiquement, mais aussi psychologiquement, en mettant de côté la charge de travail ou leurs préoccupations personnelles, et s’impliquent dans la prise en charge, en étant, tant que possible, le professionnel « référent » durant son hospitalisation.
Leur communication paraverbale, qui se rapporte à leur manière de s’exprimer (volume de la voix, le rythme des mots etc) a, également, été mise en avant pendant les entretiens, lorsqu’elles me décrivaient la façon dont elles dialoguaient avec le petit.
Il est, ici, intéressant de noter que leurs dires concordent parfaitement avec les écrits de Galy (2015). En effet, celui-ci va même jusqu’à décrire cette façon de communiquer comme une « communication thérapeutique », plus adaptée aux besoins du patient, qui reconsidère la relation soignant-soigné actuelle.
Les résultats suggèrent également que développement des connaissances de l’infirmier, déterminent l’application de ses différentes approches psychologiques, dans le cadre de la gestion de l’anxiété de l’enfant.
La distraction par des moyens simples est privilégiée à l’hypnose, par exemple, surement car celle-ci nécessite, entre autre, une formation préalable. Il apparait qu’elle n’est pas directement abordée par les infirmières, bien que celles-ci jugent cette méthode tout à fait adaptée pour réduire l’anxiété préopératoire.
Par ailleurs, les résultats sont prometteurs quant à la diminution de l’anxiété et le maintien de la sécurité affective, induits par l’utilisation de la tablette tactile.
Cependant, Cano (2016) nous informe qu’une étude est en cours concernant les effets de la tablette sur l’enfant, car nous ne possédons aucune donnée objective à ce sujet. Il apparaît néanmoins que celle-ci permet de rassurer, mais aussi de faire participer l’enfant à sa prise en charge par le détournement de son attention grâce au jeu.
Par exemple, « le premier jeu a lieu lors de la prise de tension ; l’enfant va gonfler un ballon pendant que le brassard [du tensiomètre] gonfle. Cette agression va être transformée en acte positif car l’enfant, en gonflant ce ballon gagne des points. » (Cano, 2016, p.45).
Il apparait, à plusieurs reprises dans les résultats, que l’apport des formations représente pour l’infirmier un facteur important dans le développement de son expérience, et de ses compétences. Ainsi, ces réflexions m’ont permis d’élaborer une nouvelle question de recherche :
« En quoi la formation de l’infirmier, auprès d’un petit-enfant anxieux et de ses parents, en service de chirurgie pédiatrique, influe sur la perception de la douleur postopératoire induite par l’amygdalectomie ? »

7. Conclusion

Ce travail de fin d’étude avait pour objectif de déterminer en quoi l’expérience de l’infirmier, auprès d’un petit-enfant anxieux et de ses parents, influençait la perception de la douleur postopératoire induite par l’amygdalectomie, dans un service de chirurgie pédiatrique.
En confrontant mes recherches théoriques avec les résultats obtenus au travers des entretiens réalisés, auprès des professionnelles, il apparait que l’infirmier tient un rôle majeur dans la prévention et la réduction de l’anxiété préopératoire, notamment chez les jeunes enfants. Sa démarche consiste, en effet, à mettre l’enfant dans les conditions les plus favorables, le jour de l’intervention.
Son attitude dans la communication à l’enfant se révèle avoir un impact important sur la création d’un lien de confiance avec ce dernier, et l’instauration d’un climat sécurisant dès l’accueil. De plus, l’expérience, que celui-ci développe au cours de sa carrière, s’accompagne, incontestablement, du développement de ses compétences et de la qualité des soins qu’il prodigue. Il est apparait alors que celui-ci acquiert davantage d’aisance, quant au fait de rassurer l’enfant et sa famille.
Nous avons pu noter, par ailleurs, que son niveau de compétences, mais aussi de formation, déterminent le choix de l’application de ses différentes approches psychologiques, visant à limiter le niveau d’anxiété préopératoire du petit. Or, il s’avère aujourd’hui que gérer l’anxiété préopératoire aux moyens d’approches psychologiques présentent de nombreux avantages.
En plus de diminuer les scores de douleur postopératoire et les besoins en antalgiques de l’enfant, ces approches permettent de reconsidérer l’utilisation des prémédications médicamenteuses avant l’opération et de diminuer le traumatisme psychique induit par l’hospitalisation, encore trop souvent sous-estimé. Ainsi, l’anxiété préopératoire mérite d’être considérée par les soignants, et reconnue comme un phénomène pouvant avoir des conséquences lourdes sur les suites opératoires.
Enfin, cette réflexion sur la prise en charge de l’anxiété préopératoire et son impact m’a beaucoup apportée en tant que future soignante.
Effectivement, les recherches réalisées m’ont permis d’enrichir mes connaissances au sujet de la pédiatrie, mais aussi de développer mon esprit d’analyse. Les enseignements tirés de la réalisation de ce travail de mémoire sont nombreux, et m’accompagneront dans ma pratique future sans nul doute.

Bibliographie :

Amiec recherche (2005). Dictionnaire des soins infirmiers et de la profession infirmière (3e édition). Issy-les-Moulineaux, France : Masson.
Amouroux, R., Rousseau-Salvador, C., Annequin, D. (2009). L’anxiété préopératoire : manifestations cliniques, évaluation et prévention. Repéré à https://hal.archives- ouvertes.fr/hal-00682246/document
Association internationale de l’étude de la douleur. (2016). Définition de la douleur. Repéré à http://www.iasp-pain.org/
Benner, P. (2003). De novice à expert. Excellence en soins infirmiers. Paris, France : Editions Masson.
Berna, C., Desmeules, J. (2009). Modulation cognitive et émotionnelle de la douleur : mécanismes de certaines approches cliniques révélés par les neurosciences. Revue Médicale Suisse (208), 1352-1355. Repéré à http://www.revmed.ch/RMS/2009/RMS- 208/Modulation-cognitive-et-emotionnelle-de-la-douleur-mecanismes-de-certaines- approches-cliniques-reveles-par-les-neurosciences
Bouhassira, D. (2016). Douleur. Repéré à http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie- psychiatrie/dossiers-d-information/douleur
Cano, A. (2016). A Rennes, des enfants soignés comme des héros. Actusoins, (22), 44- 46.
Carbajal, R. (2006). Prise en charge de la douleur en pédiatrie. Repéré à http://www.cnrd.fr/IMG/pdf/PC_D_PED_RC.pdf
Carpenito-Moyet, L. (2012). Manuel de diagnostics infirmiers (13e éd.). Issy-les-
Carrez, A., Ferdinand-Stomp, C., Thibault, P. (2013) Situations douloureuses et anxiogène en pédiatrie, des progress à réaliser. Soins Pédiatrie/Puériculture (272), 33- 38.
Centre National de Ressources de lutte contre la Douleur. (2008). L’anxiété préopératoire. Repéré à http://www.cnrd.fr/L-anxiete-preoperatoire.html
Cohen-Salmon, D. (2007). Le jeune enfant, ses professionnels et la douleur. Ramonville Saint-Agne, France : Erès.
Deymier, V., Wrobel, J. (2000). L’infirmière et la douleur (5ème ed.) Paris, France : Institut UPSA de la Douleur.
Dimov, E., Vouriot, D. (s.d). Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l’enfant. Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens.
Douleur postopératoire. (s.d.). Dans Encyclopédie Larousse en ligne. Repéré à http://www.larousse.fr/encyclopedie/medical/douleur_postop%C3%A9ratoire/12592
Douleur, souffrance, démence et fin de vie. (s.d). Repéré à http://www.hopital- amplitude.fr/sites/default/files/atelier_4_douleur_souffrance_demence_et_sp_0.pdf
Elkaïm, S. (2011). Lutter contre la douleur sans médicaments. L’infirmière libérale (276), 10-10.
Expérience. (s.d.). Dans Dictionnaire Larousse en ligne. Repéré à http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/exp%C3%A9rience/32237#DJrP3tvZYe Y5cqwd.99
Eyriey, M. (2007). Amygdalectomie. Repéré à http://www.oc- sante.fr/upload/fiches_information_patient/ORL/ORL%20Amygdalectomie.pdf
Ferragut, E. (2001). Psypathologie de la douleur. Paris : Masson.
Formarier, M. (2007). La relation de soins, concepts et finalités. Recherche en soins infirmiers, 2 (89), 33-42.
Fournier-Charrière, E. (2014). La mémorisation d’événements douloureux chez l’enfant : quelles implications, quelles séquelles ? France : Lavoisier.
Freud, S. (1905). Trois essais sur la théorie sexuelle. Leipzig-Wien : Franz Deuticke.
Gall, O. (s.d). Comment évaluer la douleur postopératoire ? Repéré à http://www.intercludvendee.fr/post-operatoire/evaluer-douleur-postoperatoire.pdf
Galy, M. (2015). Hypnose et communication thérapeutique : des outils pour les soignants. Objectif SOINS &MANAGEMENT (232), 39-41.
Haute Autorité de Santé. (2005). Prévention et traitement de la douleur postopératoire en chirurgie buccale. Repéré à http://www.has- sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/douleur_chirurgie_buccale_rap.pdf
Haute Autorité de Santé. (2006). Evaluation des actes d’amygdalectomie à l’amygdalotome. Repéré à http://www.has- sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/synthese_amygdalectomie_amygdalotome.pdf
Lanté, A., Benesse, J. O. (2017). Enfants à l’hôpital : leur extraordinaire énergie pour guérir [Reportage]. Paris, France : Zone Interdite C. Productions.
La rédaction d’Allodocteurs.fr. (2016). Pourquoi opérer des amygdales ?. Repéré à http://www.allodocteurs.fr/se-soigner/chirurgie/pourquoi-operer-des- amygdales_278.html
Legifrance. (s.d). Article R4312-19 du Code de la santé publique. Repéré à https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=8B9CC622B200DED EBDDE6611CFBEB09E.tpdila15v_1?idArticle=LEGIARTI000033496778&cidTexte=LEGITEXT000006072665&dateTexte=20170126
Legifrance. (s.d). Décret n°2002-194 du 11 février 2002. Repéré à https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000410355-et adolescence.
Les différents types de douleurs. (s.d.). Repéré à http://www.institut-upsa-douleur.org/
Les stades Freud Piaget Wallon. (s.d). Repéré à http://waren.free.fr/masterpsychonantes/d%E9veloppement/freud-piaget-wallon.pdf
Madadaki, C. (2002). Évaluation du confort postopératoire après amygdalectomie en ambulatoire chez l’enfant. (Thèse de médecine, Université François Rabelais, Tours).
Ministère de la santé et des sports. (2013). Profession infirmier : recueil des principaux textes relatifs à la formation préparant au diplôme d’Etat et à l’exercice de la profession. France : Berger-Levrault.
Pédiadol. (2000). Amygdalectomie, approche ethnologique. Repéré à http://www.pediadol.org/Amygdalectomie-approche,262.html
Pédiadol. (2004). La douleur de l’amygdalectomie chez l’enfant : évaluation à la maison. Repéré à https://www.pediadol.org/La-douleur-de-l-amygdalectomie,221.html
Pédiadol. (2012). PPMP (Postoperative Pain Measure for Parents). Repéré à http://www.pediadol.org/PPMP-Postoperative-Pain-Measure,188.html
Pédiadol. (2014). Spécificités de la douleur postopératoire chez l’enfant. Repéré à https://www.pediadol.org/Specificites-de-la-douleur.html
Pédiadol. (2015). CHEOPS (Children’s Hospital of Eastern Ontario Pain Scale). Repéré à http://www.pediadol.org/Echelle-CHEOPS-Children-s-Hospital,187.html
Pédiadol. (2015). La douleur de l’enfant : stratégies soignantes de prévention et de prise en charge. Repéré à https://www.pediadol.org/IMG/pdf/LIVRET_INF.pdf
Pichard-Léandri, E., Gauvain-Piquard, A. (1989). La douleur de l’enfant. Paris, France : MEDSI/McGRAW-HILL.
Quartier, V. (2010). Le tempérament de l’enfant et ses réactions émotionnelles.
Enfance&PSY, 4 (49), 31-39.
Rousseau-Salvador, C., Maunoury, N. (2010). Peur, douleur : peut-on savoir ? Repéré à https://www.pediadol.org/IMG/pdf/U2010_CR_NM.pdf
Schommer, M. (2012). Améliorer la prise en charge de la douleur postopératoire de l’amygdalectomie. Soins Pédiatrie/Puériculture (264), 39-41.
Société Française d’Etude et de Traitement de la Douleur (s.d). La douleur aiguë. Repéré à http://www.sfetd-douleur.org/la-douleur-aigue
Vanschoor, M. (2015). De novice à expert : Excellence en soins infirmiers. Théorie de Patricia Benner. Repéré à http://www.anfiide.com/Documents/AVIGNON2015/OUVERTURE/06_M_VANSCH OOR.pdf
Vidal. (2013). Midazolam. Repéré à https://www.vidal.fr/substances/2380/midazolam/
Wall, P. D., Melzack, R. (1965). Pain Mechanisms: A New Theory. Science, New Series, 150, (3699), 971-979.
Wanquet-Thibault, P. (2015). L’enfant hospitalisé : travailler avec la famille et l’entourage (2ème éd.). Issy-les-Moulineaux, France : Elsevier Masson.
Weil, D., Dohin, B., Mboyo, A., Fenni, T. (1997). Pathologies courantes en chirurgie pédiatrique. Centre Hospitalier du Mans.

SOMMAIRE DES ANNEXES

ANNEXE I. Le mécanisme de la douleur et sa régulation XLVIII
ANNEXE II. L’anatomie des amygdales. XLIX
ANNEXE III. Echelle comportementale CHEOPS. L
ANNEXE IV. Echelle comportementale OPS LI
ANNEXE V. Echelle de visages. LII
ANNEXE VI. Echelle PPMP LIII
ANNEXE VII. Disque horaire. LIV
ANNEXE VIII. Le score mYPAS LV
ANNEXE IX. Le guide l’entretien. LVII
ANNEXE X. Retranscription de l’entretien n°1. LX
ANNEXE XI. Retranscription de l’entretien n°2. LXVII
ANNEXE XII. Retranscription de l’entretien n°3. LXXIV
ANNEXE XIII. Tableau d’analyse. LXXXII
ANNEXE I. Le mécanisme de la douleur et sa régulation.
Le mécanisme de la douleur et sa régulation
Jacopin, S. (2016). Le mécanisme de la douleur et sa régulation.
Repéré sur Le Figaro.fr : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/03/01/24691-douleurs-chroniques-rebelles-meilleures-prises-charge
ANNEXE II. L’anatomie des amygdales.
L’anatomie des amygdales
Blaus, B. (2014). Tonsilles and throat. Repéré à https://en.wikiversity.org/wiki/WikiJournal_of_Medicine/Medical_gallery_of_Blausen_Medical_2014
L’infirmier et la gestion de l’anxiété du petit-enfant L’infirmier et la gestion de l’anxiété du petit-enfant
Dasic, J. (2007). Amygdalectomie. Repéré à http://www.oc-sante.fr/upload/fiches_information_patient/ORL/ORL%20Amygdalectomie.pdf
ANNEXE III. Echelle comportementale CHEOPS.
Echelle comportementale CHEOPS
Gall, O. (s.d) Echelle Chéops. Repéré à http://www.intercludvendee.fr/post-operatoire/evaluer-douleur- postoperatoire.pdf
ANNEXE IV. Echelle comportementale OPS.
Echelle comportementale OPS
Gall, O. (s.d) Echelle OPS. Repéré à http://www.intercludvendee.fr/post-operatoire/evaluer-douleur-postoperatoire.pdf
ANNEXE V. Echelle de visages.
Echelle de visages Echelle de visages
Internationale Association for the Study of Pain (2001). Echelles des visages. Repéré à http://www.pediadol.org/IMG/pdf/FPS-R.pdf
ANNEXE VI. Echelle PPMP.
Echelle PPMP
Chambers, C.T., Reid, G.J., Grath, M., Finley, G.A. (1996). Echelle PPMP : pour l’évaluation de la douleur des parents. Repéré à http://www.pediadol.org/IMG/pdf/PPMP.pdf
ANNEXE VII. Disque horaire.
« Un outil original pour aider les parents à mieux comprendre, retenir et respecter les principales consignes liées à la prise en charge en ambulatoire de leur enfant (en particulier les horaires du jeûne pré-opératoire), et pour pouvoir anticiper le déroulement de la journée. » (Association SPARADRAP).
L’infirmier et la gestion de l’anxiété du petit-enfant
Herrenschmidt, S. (s.d). Disque horaire pour la chirurgie ambulatoire. Repéré à http://www.sparadrap.org/Catalogue/Tout-le-catalogue/Disque-horaire-chirurgie-ambulatoire-Ref.P15
ANNEXE VIII. Le score mYPAS
« La mYPAS comprend 22 items répartis en 5 catégories (activité, comportement verbal, expression, éveil, attitude avec les parents). Dans toutes les catégories on retient l’item correspondant au niveau d’anxiété de l’enfant. Celles-ci ayant un nombre d’items différent (4 ou 6), des quotients sont calculés puis additionnés afin d’obtenir un score total allant de 0 à
100. Par exemple, pour un protocole avec un score de 1 pour les 5 catégories le calcul est : (1/4 + 1/6+1/4 +1/4 +1/4) x 100/5 = score total. Les enfants ayant un score inférieur ou égal à 24 sont considérés comme calmes, et ceux dont le score est strictement supérieur à 24 comme anxieux. Cette échelle n’a pas été validée en français. »
Centre Nationale de Ressources de lutte contre la Douleur. (s.d) Qu’est ce que l’anxiété préopératoire ?. Repéré à https://www.cnrd.fr/IMG/pdf/ANX_PREOP_RES.pdf
blank blank
Miller, K.M., Wysocki, T., Cassady, J.F., Cancel, D., Izenberg, N. (1999) Le score myPAS. Repéré à https://www.cnrd.fr/IMG/pdf/ANX_PREOP_RES.pdf


Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!