L’auditeur: l’analyse des dossiers et le suivi périodique - WikiMemoires

L’auditeur: l’analyse des dossiers et le suivi périodique


L’auditeur: l’analyse des dossiers et le suivi périodique
5- Audit de la fonction crédit :

5-4)- L’analyse des dossiers :

L’analyse des crédits se fera à partir du dossier de crédit, qui doit lui-même contenir les éléments essentiels : fiche de synthèse qui a servi à l’approbation du crédit, analyse financière, ratios significatifs, et ces éléments doivent être utilisés dans un souci d’efficacité :
Ne pas refaire ce qui a déjà été fait. Cette démarche permet également d’apprécier la qualité du dossier administratif. Le recours à une analyse directe ne doit être qu’exceptionnel, dans les cas notamment d’une qualité médiocre de ces dossiers. Ce qui serait un point extrêmement négatif.
Pour que l’auditeur procède à l’appréciation tant de la qualité du dossier administratif que de la qualité du risque, il est proposé ci-après une fiche par client. Il est clair que si l’établissement utilise une fiche comparable, il est préférable de l’utiliser pour éviter un travail inutile. Des fiches comparables sont souvent utilisées dans le processus d’approbation de crédit.
Les documents qui constituent le dossier de crédit sont :
Statut de l’entreprise, la date de sa création, l’objet, la dénomination et l’adresse exacte du siège social.
Le capital souscrit.
Un compte rendu détaillé sur l’activité de l’entreprise
Le nombre et la liste des actionnaires.
Les documents comptables (situation récente, les bilans et les tableaux de compte de résultat des trois derniers exercices, et des bilans prévisionnelles, les annexes)
Mise à jour des organismes fiscaux et para fiscaux (casinos + extrait de rôle).
Tout document jugé utile par le banquier.
A l’issue de ce processus, l’auditeur doit être en mesure d’exprimer une opinion sur la qualité du dossier et la qualité du risque.

5-5)- Le suivi périodique des comptes :

Dans cette étape, l’auditeur doit s’assurer que les responsables passent par les étapes suivantes :
Le suivi des comptes des clients, et une attention particulière à la situation des débiteurs
La banque doit consolider les crédits non remboursés, c’est-à-dire un suivi continu de tous les crédits qui sont au niveau de cette banque.
Suivre les bordereaux de garanties et la mise à jour des sûretés recueillies.
La banque doit suivre les dépassements sur les concours octroyés et les mettre à jour.

5-6) – Un système d’informatique efficace :

L’auditeur insiste et recommande à la banque de se doter d’un système informatique efficace qui l’aide à affronter les risques et de mieux connaitre les bénéficiaires de crédit et leur capacité de remboursement, il lui permet aussi de connaitre toutes les informations sur ces clients…etc.

5-7) -La séparation de la fonction crédit des autres fonctions :

L’auditeur doit vérifier que la fonction d’octroi de crédit est indépendante et spécialisée dans les opérations d’octroi de crédit et qu’elle est supervisée par un responsable qui étudie et analyse tous les dossiers concernant l’octroi de crédit.
Cette méthode permet à la banque de suivre tous les bénéficiaires de crédit et leur capacité de remboursement.

5-8) – La gestion du contentieux :

Il faut que l’auditeur s’assure de la bonne gestion du contentieux, et d’une manière continue pour éviter tout conflit éventuel qui pourrait se manifester en cas de non-paiement de crédits, et utiliser tous les moyens nécessaires pour apporter des solutions à ce problème.

5-9) -La gestion efficace du portefeuille :

La plus part des opérations de crédit s’effectuent en contrepartie d’effet de commerce qui engagent les clients à payer leurs dettes, donc la Banque doit sauvegarder ces effets pour les utiliser auprès de la banque d’Algérie au cas où elle manquera de liquidités.
Aussi il est indispensable pour chaque banque de gérer efficacement son portefeuille qui lui permet de faire face à ses besoins de liquidité, et c’est pour ça que l’auditeur doit s’assurer de la bonne gestion du portefeuille.

5-10) – La délégation de signature :

L’auditeur doit agir avec rigueur et exactitude dans cette étape et cela pour éclairer le travail à l’intérieur de la banque, sans oublier de démontrer ce qui suit :

  • Le pouvoir de délégation (agence, succursale ou direction générale).
  • Les conditions du taux d’intérêt applicable.
  • Les avis des responsables et chargés de clientèles concernant l’étude du dossier de crédit.
  • Les bordereaux de garanties.
  • Les avis de la centrale des risques.
  • Les réserves effectuées sur les dossiers de crédits.

La mission de l’auditeur dans la fonction de crédit est de veiller à l’application de toutes ces étapes par la banque, et aussi donner des recommandations et des solutions à la banque pour l’amélioration de sa situation.
La fonction d’audit est importante dans la fonction crédit, elle impose aux demandeurs d’audit de revoir les dossiers de crédit les plus importants et faire une étude approfondie pour ces dossiers. L’auditeur veille que les décisions soient toujours prises au moins par deux responsables pour une contre vérification, et leur analyse doit être réalisée par une entité indépendante des autres services.
En fin de la mission l’auditeur communique à la banque ses remarques, suggestions et les recommandations nécessaires pour que la banque assainie toutes les réserves et améliore sans cesse les lacunes et les négligences constatées.

Conclusion :

Tout au long de ce chapitre, nous avons essayé de répondre aux questions posées dans l’introduction sur l’audit bancaire. Il parait évident que nous ayant mis plus l’accent sur l’audit de la fonction crédit en la considérant comme le maître de la banque.
Toutefois nous tenons à rappeler qu’il ne constitue qu’un apport partiel et préliminaire concernant le thème de « l’audit bancaire».
Face aux mutations et évolutions qu’ont connue les banques, le besoin d’instaurer des mécanismes de contrôle s’est fait sentir et cela afin de garantir une certaine efficacité et de créer un climat de confiance. L’audit bancaire consiste à une étape importante pour toute banque qui cherche une meilleure optimisation d’une gestion sans risque et par la meilleure efficacité.
L’audit bancaire se situe dans le contexte d’évaluation dans le but de rationaliser le fonctionnement de la banque est la soumettant à la loi et aux règlements
Réalisé l’audit c’est cerné les contours et veiller en permanence à la cohérence entre les faits et les procédures; faire un diagnostic global et examiné la cohérence des choix avec la politique générale de la banque et enfin donner les recommandations jugées utiles pour le sauvegarde du patrimoine de la banque.
Chapitre 2 – Le contenu d’un audit bancaire:
Lire le mémoire complet ==> (L’historique et l’évolution de l’audit bancaire en Algérie)
Mémoire de fin d’études sur l’audit bancaire


Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!