La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Ecole nationale supérieure d’informatique - Option: Systèmes d’informations & Systèmes Informatiques
Mémoire de fin d’études pour l’obtention du diplôme d’Ingénieur d’Etat en Informatique - 2009-2014

Le e-commerce B to C : les avantages et les inconvénients

  1. La réalisation d’une plateforme de commerce électronique
  2. Historique du commerce électronique: l’évolution du e‐com
  3. Qu’est-ce que le e-commerce? Type d’échange B2C et stratégies
  4. Le e-commerce B to C : les avantages et les inconvénients
  5. E-paiement : déf., e-commerce et paiement électronique
  6. Sécurité de l’e-paiement : chiffrement, PKI et certificat d’authentification
  7. Les protocoles de sécurité dans le paiement en ligne
  8. Le BenchMarking : Définition, offre du marché et analyse
  9. Les 14 étapes pour créer une plateforme de e-commerce (avec cas)
  10. Capture des besoins techniques et des spécifications
  11. Les catégories de classes et découper le modèle UML
  12. Développement du modèle dynamique d'UML
  13. Diagramme d'états-transitions
  14. Modèle logique de conception technique d’une plateforme
  15. Conception préliminaire: Modèles de déploiement et d'exploitation
  16. Conception des classes d'associations et de modèle relationnel
  17. Langage et environnement de développement de plate‐forme
  18. L'architecture de développement de plate-forme e-commerce
  19. Sécurité de la plateforme e-Commerce
  20. La plateforme e-Commerce: qualité du logiciel et prise d’écran

Avantages et inconvénients du e-commerce type B to C

4. Avantages et inconvénients du e-commerce type B to C

Le commerce électronique offre aux vendeurs sur Internet de nombreux avantages :

4.1. Les avantages

Les avantages sont classés selon les deux parties : avantages pour la société et avantages pour les clients [OECONO 09].

4.1.1. Pour l’entreprise

  • Il ouvre un nouveau canal de distribution, un circuit complémentaire pour certains produits et services de l’entreprise.
  • Il permet de couvrir des niches de marché dont l’atteinte serait jugée trop onéreuse par les moyens classiques de commercialisation.
  • Il apporte une plus forte convivialité par rapport à la VPC (vente par correspondance) et à la commande à distance traditionnelle grâce aux multimédias qui regroupent le son, l’image, la couleur, le texte et l’animation.
  • Il favorise l’interactivité en développant une relation personnelle avec le consommateur ou le client, facilitant la vente « one to one » (personnalisée).
  • Il permet d’envisager des politiques de fidélisation du client à travers une offre de services et à forte valeur ajoutée.
  • Il facilite les transactions en évitant à l’acheteur de se déplacer.
  • Il donne la possibilité de réduire les prix publics des produits en éliminant la marge laissée habituellement aux intermédiaires.
  • L’enregistrement des données via Internet est quasiment automatique et demande peu d’effort.

« Il recueil une masse précieuse d’informations sur les habitudes, les besoins de l’internaute. Ainsi, plus l’utilisateur visite le site, plus on apprend à le connaître par des séries de clics.

En décortiquant les séances de clic (ou clicstream), il devient alors possible d’établir des profils de consommateurs permettant d’adapter progressivement le e‐marketing du site afin d’en retirer le maximum de profits. » [INSEE 10]


Les facteurs d’incitation au e-commerce
Figure04. Les facteurs d’incitation au e-commerce. [INSEE 10]

4.1.2. Pour les clients et pour les clients les avantages suivants:

  • Le e-commerce est un excellent outil de présélection.
  • La recherche du meilleur prix.
  • Pas de pression de la part des vendeurs.
  • Un marché de proximité à l’échelle mondiale.
  • Il offre un gain de temps considérable.
  • Une offre actualisée (mise à jour régulière).

4.2. Les inconvénients

Comme chaque outil commercial il présente aussi des inconvénients [OECONO 09]:

Les inconvénients du e-commerce B2C

4.2.1. Pour l’entreprise

  • Les entreprises qui ont adopté ce mode rencontrent une résistance psychologique chez certains de ses clients.
  • L’incertitude et le manque de confiance autour de la sécurisation des moyensde paiement, malgré le fait qu’actuellement les méthodes de cryptage de données assurent une confidentialité quasi parfaite lors de la transaction.
  • La résistance des intermédiaires (grossistes, distributeurs) qui craignent une destruction d’emplois assortie d’une perte de chiffre d’affaire.

4.2.2. Pour les clients

  • Il permet le pistage informatique à partir des cookies, c’est‐à‐dire ces petits fichiers qui identifient l’ordinateur appelant de façon unique afin pouvoir retracer toutes les habitudes d’appel et de consommation.
  • L’insécurité des paiements et la peur de tomber sur un cybermarchand malhonnête qui ne livre pas.
  • Le manque de relations humaines et le sentiment d’isolement devant sa machine (cas des internautes peu expérimentés).
  • Le manque de contact avec le produit.
  • Les coûts de téléphone.
  • Les détails et tarifs de livraison.
  • Les difficultés de recours en cas d’ennuis.

5. E-commerce en Algérie

« Si on veut procéder par achat en ligne il faudra avoir une connexion à internet et pour l’instant certains critères indiquent que l’Algérie est en train de se brancher aux autoroutes de l’information.

La vitesse de propagation d’Internet ne cesse d’augmenter mais très lentement.

Sur un total de 35 millions d’habitants, l’Algérie compte pour l’année 2010 seulement 600 000 utilisateurs disposant de leurs propres connexions à internet. » [INSEE 10]

Statistiques du nombre d’internautes en Algérie
Figure05. Statistiques du nombre d’internautes en Algérie [MMEMCOM 09] ].

Tout le monde est d’accord sur le niveau du « retard algérien » en Internet et surtout le commerce électronique, ce qui provoque l’existence d’un consensus sur les conséquences qu’aurait, à terme, un tel retard.

Outre la marginalisation de l’Algérie dans les activités liées aux technologies de l’information un trop grand attentisme pénaliserait les entreprises algériennes. A commencer bien sûr par les entreprises commerciales.

5.1. Modèle actuel des échanges commerciaux
E-commerce en Algérie

Le échanges commerciaux en Algérie se font toujours d’une mont manière tout à fait traditionnelle, le consommateur ou le demandeur est toujours contraint à se déplacer jusqu’au lieu du commerce (de la vente) pour pouvoir faire une commande ou acheter une marchandise et c’est le cas sur tous les niveaux commerciaux : grand public et x : p Interentreprises.

Ce mode de transactions a souvent constitué un obstacle aux déroulements des transactions commerciales interentreprises (B to B).

Ces freins sont  généralement dus aux retards qui peuvent avoir lieu pendant le transport de la marchandise ou bien pour des raisons de factures non réglées ou d’une mauvaise gestion de stock.

5.2. Intérêt économique du passage au e‐commerce en Algérie

  • Faciliter l’accès des PPME aux informations sur les marchés étrangers.
  • Renforcer la capacité exportatrice des entreprises algériennes et d’intégrer le marché international.
  • Baisse des coûts.
  • Augmenter la concurrence.
  • Diversification des produits et services offerts aux clients.
  • Atteindre des besoins non satisfaits par la voie traditionnelle.
  • L’adhésion à l’organisation mondiale du commerce (OMC).

5.3. Causes du retard de l’e-commerce en Algérie

5.3.1. Système bancaire non‐compatible

  • Système miné par la corruption et la fraude.
  • Système de paiement traditionnel.
  • Retard dans la transmission.
  • Insécurité des transactions.

5.3.2. La réglementation et la législation

L’Algérie n’a toujours pas légiféré dans le domaine d’Internet.

Ce vide juridique se fait de plus en plus ressentir et peut causer des dommages d’ordre économique, juridique et social Les règles concernent les transactions électroniques, propriétés intellectuelles et les mineurs.

5.3.3. Economie informelle

« En Algérie, le secteur informel est très influant, mis à part, le secteur des hydrocarbures.

En ce qui concerne le commerce, l’informel représente 60 % du marché national, soit 1,8 millions de marchands clandestins contre 1,2 millions de commerçants régularisés » [MEMCOM 09].

5.3.4. Habitudes des consommateurs

Les habitudes du consommateur algérien constituent un sérieux obstacle au développement du commerce électronique.

Elles sont caractérisées par:

  1. L’usage du commerce à proximité et l’habitude de fréquenter un magasin et faire confiance au gérant.
  2. Les traditions sociotechniques telles que: relation à la modernité, aisance et confiance dans l’argent numérique notamment, sont quasiment inexistantes.
  3. Le degré d’acceptation du risque vis‐à‐vis de la perte ou du vol de la carte de paiement électronique est très minime.

Conclusion :

e-commerce en AlgérieLe passage au commerce électronique constitue un vrai moteur de relance pour l’économie algérienne.

Son introduction devient de plus en plus nécessaire et urgente vu la situation commerciale hyper développée dans le monde et son implantation va permettre aux entreprises nationales de s’engager dans le marché internationale.

De notre part, nous allons essayer d’élaborer un système de commerce électronique sous forme de Boutique en ligne (site marchand) afin de répondre aux besoins des types d’échanges « B to B » & « B to C ».

A présent, le projet est très réalisable vu l’augmentation du niveau des TIC d’année en année ainsi que le développement du système bancaire avec l’introduction des nouvelles techniques qu’on va étudier dans le prochain chapitre.

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page