Le projet de lecture du conte, Candide ou l'optimiste - WikiMemoires

Le projet de lecture du conte, Candide ou l'optimiste


Chapitre I : Accès à l’oeuvre

3- Le projet de lecture du conte

L’étude de l’œuvre intégrale comporte comme condition nécessaire la lecture de celle-ci. Or la lecture demande de l’endurance de la motivation et même de l’éducation : ce qui fait défaut chez nos élèves.
Le désir de lecture doit donc être stimulé est l’accès à l’ouvre facilité.
Traiter avec les élèves quelques éléments significatifs du paratexte, le début et la fin de l’œuvre et en ressortir un projet de lecture serait une façon de les impliquer, et partant un stimulus dans le sens où ils aimeraient bien vérifier leurs hypothèses de lecture.
Élaborer un projet de lecture ne veut pas dire réduire la richesse du livre en un seul centre d’intérêt. Loin de là ! C’est une question de commodité et de facilitation de l’appropriation de l’œuvre à l’apprentissage des élèves.
Pour le cas de Candide ou l’Optimisme, l’examen de certains éléments du paratexte, de l’incipit et de l’excipit laisse entrevoir les préludes de la formation d’un personnage livré aux aléas de la vie à travers un déplacement long et périlleux.
L’exploitation pédagogique de l’œuvre s’inscrira par conséquent dans le cadre du voyage initiatique de Candide.

Chapitre II- Description du conte

1- Revers d’un voyage en bref ( voir schéma en annexes)

En Westphalie de l’Allemagne, dans le château du baron de Thunder-ten-tronck, Candide (enfant naturel et personnage éponyme du conte voltairien) connaissait le bonheur en aimant silencieusement Cunégonde, fille du baron et en croyant naïvement à l’opinion de son précepteur Pangloss « tout est au mieux »  dans le meilleur des mondes.
Ayant échangé avec Mlle Cunégonde un « fatal baiser » il est chassé par M. le baron « à grands coups de pied dans le derrière » .  « Projeté dans le vaste monde, il trébuche de malheur en misère comparant ce qu’il voit avec les leçons de Pangloss.
Saisi par les recruteurs bulgares, il déserte, est corrigé, participe à une bataille, «  boucherie héroïque ». Recueilli par un anabaptiste, il perd son bienfaiteur dans un naufrage sur les côtes de Lisbonne. Il est témoin du séisme qui détruit cette ville avec son maître Pangloss retrouvé .
Flagellé tandis que son maître est pendu par l’Inquisition, le héros retrouve aussi Cunégonde, maîtresse à la fois du grand inquisiteur et du banquier juif de la cour. Il tue l’un et l’autre et s’embarque avec sa bien aimée pour l’Amérique du sud. À peine débarqué, il doit s’enfuir, laissant Cunégonde aux mains du gouverneur.
Il traverse le Paraguay despotiquement gouverné par les jésuites, échappe aux Oreillons anthropophages, découvre enfin Eldorado. Dans cet univers les habitants éclairés par la religion naturelle, savants en physique et excellents ingénieurs, ont aménagé une civilisation capable de pourvoir aux besoins de l’homme   ».
Insatisfait toujours, Candide quitte l’Eldorado et part à la recherche de Cunégonde en prenant le soin de charger ses sacs de diamants, matière sans valeurs là bas. La seconde partie de ses aventures le plonge désormais dans un monde de misères. Il rencontre un esclave nègre, mutilé affreusement par ordre de son maître.
Volé à Surinam volé à Paris, grande ville tumultueuse ; il penche parfois vers le pessimisme de son compagnon Martin. A Venise, il découvre les horreurs de la prostitution et celle de la vie monastique et rend visite à Pococuranté, passionné dégoûté de tous les plaisirs qui l’entourent.
Il soupe avec six rois détrônés, et apprend que Cunégonde vit en esclave près de Constantinople. Il la délivre, mais comble d’infortune, elle est devenue laide et c’est par bonté d’âme qu’il l’épouse. Installé dans une petite métairie sur la Propontide, il a retrouvé une fois de plus Pangloss, jadis mal tué par l’Inquisition.
Il ne croit plus à cet optimisme dans lequel s’entête sont ancien maître. Après tant de bouleversements, le repos engendre l’ennui, le pire des maux. Une visite enfin l’éclaire : un bon vieillard des environs jouit d’une vie douce en cultivant sa terre avec les seins.
Candide discerne alors le secret qui lui échappait comme il échappe à tant d’hommes : «  Il faut cultiver note jardin »   répond il aux «  bavardages » de Pangloss.
Le voyage initiatique de Candide
Mémoire de Fin de Formation – Ecole Normale Supérieure – Meknès
Département de langue et littérature françaises

Sommaire :

  1. Accès à l’oeuvre Le voyage initiatique de Candide
  2. L’incipit et la clausule
  3. Le projet de lecture du conte
  4. Le procédé du héros et du voyage dans Candide ou l’Optimisme
  5. Défense des valeurs humaines impérissables
  6. Critique de l’intolérance
  7. Critique de l’esclavage
  8. Critique de la philosophie optimiste
  9. Transfert didactique
  10. Profil de fiches didactiques
  11. Candide, Conclusion
  12. ANNEXES , Le voyage initiatique de Candide
  13. Evaluation, voyage initiatique de Candide

______________________
– Voltaire, op. Cit. ,  p22
– Voltaire, op. Cit. ,  p23
-Laffont –BOMPIANI, Dictionnaire des noms des personnages, édition Robert Laffont, Paris, 1960


Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!