Accès à l’oeuvre Le voyage initiatique de Candide


Le voyage initiatique de Candide
chapitre I: Accès à l’oeuvre

1- Eléments du paratexte
Il existe autour d’une œuvre intégrale des lieux stratégiques, des lieux marqués, des balises qui sollicitent et orientent la lecture. Ils constituent des seuils qu’il faut franchir pour accéder au texte proprement dit. Ils sont nombreux et indiquent clairement la lecture que le texte peut procurer. On s’en tiendra à :

a- Publication de l’œuvre.
Candide on l’optimisme  » traduit de l’allemand de M. le dotcteur Ralph  »  parut à Génère en février 1759 .Bien que condamné au feu, il connut un succès éclatant.
Ce petit ouvrage, d’une centaine de page, fut réimprimé plus de quarante fois au vivant de son auteur et passe aujourd’hui encore pour l’une des plus heureuses expressions du génie voltairien. Sous son apparente aisance, il se fait mieux que tout autre l’interprète de la pensée si riche et si tourmentée du philosophe. L’oeuvre voltairienne traverse les siècles dans un voyage sans trêve secouant au passage préjugés, croyances et torpeur d’esprit.

b- l’auteur (1694-1778)
François Marie Arouet dit Voltaire, est un penseur du siècle des lumières. Il a écrit de nombreuses œuvres philosophiques : un dictionnaire, des contes des essais et a lutté pour la liberté d’expression et la tolérance. Il a lutté également contre le fanatisme religieux et a critiqué violemment le pouvoir absolutiste. L’instabilité et les revers de la vie ont aigri Voltaire et assombri ses vues sur l’homme et sur le monde. Les exils, les emprisonnements les voyages, l’horreur des catastrophes naturelles, les disgrâces essayées à la cour, la fragilité de la condition humaine ont persuadé Voltaire de la présence puissante du mal dans le monde.
Candide ou l’optimisme (1759) mit le point final à la polémique qui dressait Voltaire contre les défenseurs de l’Optimisme (Leibniz, Rousseau, etc.) accrochés à l’idée de Providence, et marqua le dernier stade de l’évolution de sa pensée sur cette question épineuse.

c – Le titre
Il est constitué de deux parties liées par la conjonction « Ou ». D’une part, Candide (du latin candidus qui signifie blanc puis homme naïf, innocent et pur) uni d’autre part à l’optimisme (doctrine philosophique suggérée par le suffixe -isme et par la majuscule du « O » et selon laquelle  » le monde est le meilleur et le plus heureux possible » Comment vérifier cette théorie des meilleurs des mondes sinon par la soumission du personnage Candide aux épreuves aux quatre coins du monde ?
d – Contexte historique et social
A partir de la Régence (1715-1723) la société française se transforme : la noblesse cherche le plaisir dans les fêtes , les voyages vers le nouveau Monde, l’Amérique et l’Asie , ouvrent les esprits et offrent à la bourgeoisie commerçante de nouvelles perspectives d’enrichissement. C’est dans ce contexte de paix et de croissance que l’esprit critique s’éveille, porté également par les découvertes scientifiques de la fin du XVII siècle (Newton et la loi de la gravitation universelle, par exemple) « Les penseurs de l’époque regardent le monde différemment, remettent en question les vieux préjugés et défendent l’idée du bonheur et du progrès. Les écrivains et les penseurs choisissent le terme de  lumières comme symbole de leur mission et de leur lutte contre les  ténèbres de l’ignorance  » . Ils se revendiquent comme philosophes (aimant la sagesse) et se donnent pour mission de rechercher la vérité par l’exercice de la raison et de l’esprit critique. La lutte contre l’intolérance religieuse, la tyrannie politique , l’ignorance, la censure, l’inégalité entre les hommes, ainsi que la volonté d’exercer librement l’esprit critique et de divulguer les connaissances et les idées nouvelles à un large public les rassembles.
Cinq penseurs et cinq œuvres clés illustrent cette période :
*    1734 – Voltaire, lettres philosophiques.
*    1748 – Montesquieu, De l’esprit des lois.
*    1749 – Diderot, lettres sur les aveugles.
*    1751-1772 – Diderot et d’Alembert, Encyclopédie
*    1767 – Rousseau, Du Contrat social.
e – Genre de l’oeuvre.
Afin de toucher leur public, les écrivains des Lumières présentent leurs idées sous un mode plaisant et adoptent des formes littéraires variées: « le conte philosophique, le roman, le théâtre, l’essai et même le dictionnaire. Candide ou l’Optimisme allie l’intérêt d’aventures imaginaires à l’évocation des thèmes les plus divers. C’est un cadre pour l’auteur où il lâche la bride à cette partie merveilleuse de son génie faite d’ironie, de veuve , de bonne humeur, sans négliger pour autant la divulgation de sa pensée et l’épanchement de son humeur combative »  Chez Voltaire, il n’ y a aucun but de peinture psychologique, aucune vérité d’intrigue , ses personnages ne nous intéressent pas en tant qu’hommes doués d’un esprit et d’un cœur , dont nous partageons les souffrances et les joies ( à l’instar du roman) , leur seule raison d’être est d’incarner l’idée que l’auteur veut faire valoir ou détruire . Cette variété de dimensions , de procédés et de matériaux mis en œuvre dans le petits volumes comme Candide ou l’optimisme , rend bien approximative cette dénomination et bien pompeux le titre de « romans » pour des ouvrages qui ne sont à proprement parler que des contes philosophiques .

f – L’illustration de la première de couverture
Aux éditions Gallimard, collection Folio classique, la première de couverture présente comme illustration le plateau du jeu de l’oie. C’est une spirale composée de 63 cases illustrées et numérotées que les joueurs, tout en lançant des dés, doivent traverser. Sur le plan symbolique, l’oie renvoie au danger et le jeu permettrait de mieux comprendre le monde. Le tracé du jeu, de par sa forme, rappelle le labyrinthe à parcourir pour arriver à la connaissance. Pont, désert, puit, prison, mort, mer, etc. sont autant de figures du parcours qui font référence à la mythologie et qui ont leur correspondance cachée dans les images de l’échiquier. Le hasard guidera t-il les pas du joueur Candide jusqu’à la case 63 ?
g – La quatrième de couverture
Le texte de Frédéric Deloffre qui figure sur la quatrième de couverture établit nettement la portée du livre qui se donne à lire dans le cadre d’un périple dur et tumultueux, périple qui affronterait l’apprenti Candide à des expériences douloureuses. Le texte établit également une relation étroite entre le 18ème siècle, » Siècle du voyage et de l’exotisme » , entre la biographie de Voltaire  » somme des expériences de Voltaire en 1759″ et entre l’intrigue du conte placé sous le signe du parcours d’apprentissage de Candide.
__________________
– Voltaire, correspondance, lettre du 10 mars 1759
– Marlène GUILLOU, Français, livre unique, Nathan 2007, p 124.
– Marlène GUILLOU, op. Cit. . p 124
– Ahmed BOUCHIKHI, Candide de Voltaire, Afrique Orient 2004.

D'autres étudiants ont aussi consulté...
Étiquettes : , , , ,
Commentaires

2 réflexions sur “Accès à l’oeuvre Le voyage initiatique de Candide”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.